Une opinion du Comité économique et social européen (CESE) souligne la nécessité de renforcer la connaissance et la compréhension des citoyen·nne·s sur l’histoire de l’UE, sa culture, ses valeurs et droits fondamentaux, ses décisions et principes centraux et les processus décisionnels qui y sont appliqués.

L’opinion (SOC/612-CESE-2018) a été rédigée conjointement par le Groupe de travail du CESE et le groupe des organisations de la société civile du CESE à la demande de la présidence roumaine du Conseil de l’UE.

Le CESE présente des données issues de l’Eurobaromètre N° 89, rappelant que 60 ans après le Traité de Rome, les citoyen·ne·s européen·ne·s n’ont pas encore développé une véritable identité de l’UE. Aujourd’hui, 93 % des citoyen ne s de l’UE sont attaché·e·s à leur pays, voire très attaché·e·s pour 57 %. Par ailleurs, 89 % des citoyen ne s sont attaché·e·s à leur ville ou à leur village. Cependant, seulement 56 % sont attaché·e·s à l’UE et 14 % s’y disent très attaché·e·s.

L’opinion cite également des études et des recherches qui mettent en lumière un important écart entre la politique et la pratique de l’enseignement à la citoyenneté et qui indiquent que près de la moitié des Etats membres de l'UE ne se sont pas encore dotés de règlements relatifs à l’enseignement à la citoyenneté dans la formation initiale des enseignant e s. Selon le rapport, si la citoyenneté s’inscrit dans le cadre du développement professionnel des enseignant·e·s, les directions des établissements scolaires ne bénéficient d’aucun développement professionnel sur cette thématique.

Le CESE développe dès lors un ensemble de recommandations à l’attention des décideurs politiques européens et nationaux, en vue d’améliorer l’enseignement sur l’Union européenne à tous les niveaux de l’éducation, notamment aux adultes et dans le cadre de l’apprentissage formel, informel et non formel.

Le CSEE soutient fermement la vision du CESE selon laquelle chaque citoyen ne de l’UE doit apprendre et connaître son rôle et ses responsabilités pour participer au processus décisionnel démocratique à tous les niveaux. Plus précisément, l’idée de former les enseignant e s à développer leurs compétences en éducation à la citoyenneté doit être prioritaire dans l’agenda européen.

L’opinion complète et détaillée (avec des exemples de bonnes pratiques) est disponible ici.