Les écoles doivent apprendre aux élèves, dès leur plus jeune âge, à développer leur esprit critique et à interagir avec les autres en respectant les codes sociaux, et les aider à comprendre pourquoi différents groupes ont des intérêts et des points de vue différents, souligne Eurydice. Toutefois, selon un rapport publié récemment par cette même organisation sur la durée d’enseignement annuelle recommandée pour l’enseignement obligatoire de plein exercice en Europe pour la période 2017/2018, dans plus de deux tiers des systèmes d’éducation en Europe prévoyant une plage horaire minimale pour l’enseignement des sciences sociales, le temps réservé à cette matière ne représente qu’environ 10 % de la durée totale de l’enseignement, une durée largement inférieure à celle prévue pour les mathématiques et les sciences naturelles. Dans l’enseignement primaire, ce pourcentage est encore plus faible, passant sous la barre des 5 % au Danemark, en Lituanie, en Roumanie, en Slovaquie et en Finlande.

Le rapport est en réalité une analyse comparative de la durée minimale annuelle recommandée pour l’enseignement général obligatoire de plein exercice, pour chaque matière du programme d’études dans 48 systèmes d’éducation européens. Il apparaît que, depuis 2017/2018, aucun changement n’a été observé pour la durée minimale d’enseignement dans 25 systèmes d’éducation. De même, la marge de manœuvre des écoles reste limitée pour la répartition du temps d’enseignement par matière et entre les différents niveaux et filières d’études. Le CSEE a exprimé à maintes reprises ses inquiétudes à propos du fait que le personnel enseignant en Europe est souvent rémunéré sur la base du temps d’enseignement, négligeant le temps consacré à la préparation des leçons, à la communication avec les parents et au suivi en général. En outre, la formation du personnel enseignant est organisée en dehors des heures de travail, comme le montre la récente étude du CSEE « Initiatives des syndicats de l'enseignement en faveur de la profession enseignante – Renforcer la capacité des syndicats de l'enseignement en vue de représenter les besoins professionnels du personnel enseignant au sein du dialogue social » (2018).

Elément particulièrement intéressant du rapport de cette année, dans près d’un tiers des systèmes d’éducation étudiés, le temps d’enseignement réservé aux études sociales est généralement combiné à une autre matière, par exemple l’éducation à la citoyenneté. Le CSEE souligne le rôle crucial des études sociales et de l’éducation à la citoyenneté dans la promotion des valeurs fondamentales que sont la liberté, la tolérance et le respect de la dignité humaine, ainsi que dans la préparation de citoyen·ne·s européen·ne·s engagé·e·s, critiques et actif·ive·s. Ce rôle est mis en évidence dans la Déclaration conjointe portant sur l’éducation à la citoyenneté et les valeurs communes de l’UE, publiée par le CSEE, la FEEE (Fédération européenne des employeurs de l'éducation) et l’ESHA (Association européenne des chefs d’établissements scalaires) et préparée dans le cadre du projet conjoint EU CONVINCE (valeurs communes et éducation inclusive). D’autre part, le rapport de recherche du projet EU CONVINCE souligne le besoin crucial d’apporter un soutien adéquat au personnel enseignant, à la direction des établissements scolaires et au personnel de l’éducation, pour leur permettre d’implanter la citoyenneté démocratique et l’éducation inclusive à tous les niveaux des systèmes éducatifs.