Le 30 janvier 2019, la Commission européenne a proposé un ensemble de mesures d’urgence détaillé concernant Erasmus+ qui protège tous ceux qui voyagent à l'étranger pour participer à des activités de mobilité financées par Erasmus +, indépendamment de l'accord de sortie conclu entre l'Union européenne et le Royaume-Uni.

Ces mesures concernent tous les pays du programme Erasmus+ ainsi que toutes les activités internationales financées par Erasmus+ avant mars 2019. Cela veut dire que tout citoyen du Royaume-Uni, de l'Union européenne ou d'un pays ne participant pas au programme qui se lance dans une expérience d'apprentissage internationale financée par Erasmus+ avant le 30 mars 2019, peut être assuré qu'il pourra mener cette expérience à bien sans aucune perturbation.

L'Agence nationale du Royaume-Uni s'est donc engagée à mettre en œuvre les activités de mobilités d'apprentissage qui auront commencé avant cette date. De même, les universités britanniques ont adhéré à la charte Erasmus jusqu’à la fin de toutes les activités de mobilité éducative commencées avant le 30 mars. Il est toutefois important de noter que ce règlement ne s’applique qu’aux activités d’apprentissage commencées avant le 30 mars et ne couvre pas les activités de mobilité après cette date.

Le Royaume-Uni joue également un rôle important dans les projets Erasmus+, en tant que partenaire ou coordinateur de projet. L’avenir de tels projets, contractés avant le 30 mars, sera déterminé par la décision du Royaume-Uni de respecter ou non ses engagements financiers dans le cadre du budget de l’UE.

Pour en savoir plus sur le point de vue de la CSEE concernant la Proposition Erasmus 2021-2027, cliquez ici.