Le 27 novembre 2018, la Présidente du CSEE Christine Blower a ouvert la Conférence spéciale quadriennale du CSEE – Région européenne de l’Internationale de l’Education (IE). Une allocution de bienvenue a été prononcée par les présidents des syndicats DOE et OLME, juste avant celle du Secrétaire général de l’IE David Edwards, qui a salué les délégué(e)s et évoqué plusieurs problèmes majeurs au niveau mondial, tels que l’influence croissante exercée sur l’éducation par le secteur privé et les entreprises, la flambée des extrémismes et l’érosion des droits. Il a conclu en soulignant le rôle central des enseignant(e)s dans la relève des défis mondiaux et la promotion des valeurs démocratiques.

La Directrice européenne du CSEE Susan Flocken a présenté le thème de la Conférence spéciale du CSEE et les résolutions associées, en regard de celles adoptées par la Conférence du CSEE en 2016 et tournées vers l’avenir. Alors que les attentes vis-à-vis de l’éducation ne cessent de croître, l’investissement demeure largement insuffisant dans ce secteur. Les tendances à la commercialisation et à la privatisation menacent l’éducation qui, rappelons-le, est un bien public et un droit humain. Afin de répondre aux pressions qui continuent à affaiblir le dialogue social dans bon nombre de pays d’Europe, à la dégradation de la légitimité institutionnelle et sociale des syndicats, ainsi qu’aux attaques ciblant les droits syndicaux, notamment celui de s’organiser et de participer à la négociation collective, les syndicats de l’éducation étudient des stratégies et des actions pour renforcer la syndicalisation des enseignant(e)s et des personnels de l’éducation, y compris les plus marginalisé(e)s et sous-représenté(e)s, ainsi que les services qui leur sont offerts. Dans ce contexte, le CSEE mobilise actuellement l’ensemble de ses organisations membres sous la bannière d’une nouvelle campagne menée à travers l’Europe « Façonner l’avenir de l’Europe avec les enseignant(e)s ».

Confié au Pr Howard Stevenson de l’Université de Nottingham, le discours thématique intitulé « Les syndicats de l’enseignement et le renouveau syndical : développer la capacité pour renforcer l’efficacité du dialogue social » a permis de lancer un débat en plénière particulièrement riche sur les moyens de renforcer les initiatives en faveur du renouveau syndical en cette période marquée par un ensemble de problématiques telles que la déprofessionnalisation, l’intensification du travail, la fermeture des espaces publics et démocratiques, la privatisation et les défis sociétaux en général. Plusieurs avis tranchés concernant la nécessité de syndicaliser et recruter de nouveaux/elles membres, le développement des capacités, les actions et stratégies à déployer pour répondre aux besoins des enseignant(e)s et des personnels de l’éducation en vue de consolider le pouvoir collectif des syndicats et renforcer la solidarité sur les lieux de travail et à l’échelon international, ont été émis lors des discussions entourant deux résolutions placées sous le thème de la conférence : « Façonner l’avenir de l’Europe : le rôle des syndicats de l’enseignement » et « Impliquer les enseignant(e)s dans l’ensemble des processus décisionnels ayant une incidence sur la profession enseignante et les systèmes d’éducation ».

Sjur Bergan (Conseil de l’Europe) a jeté les bases des discussions portant sur la résolution « Définir les priorités pour l’élaboration du Plan d’action du CSEE pour l’égalité, la diversité et l’inclusion » et « Se réapproprier le dialogue, les échanges et la prise de décision : cultiver les pratiques participatives au sein des écoles », en présentant aux participant(e)s un exposé ayant pour thème l’éducation pour la démocratie et l’inclusion sociale.

La première journée s’est refermée sur la cérémonie de remise du Prix Kounka Damianova[1], au cours de laquelle deux membres de syndicats affiliées au CSEE, Maia Kobakhidze (ESFTUG-Géorgie) et Zulkhiya Nozakova (TUESRT-Tadjikistan) ont été récompensées pour leur travail syndical exceptionnel dans le domaine de l’éducation et de la promotion de l’égalité. Il s’agissait de la première édition du Prix Kounka Damianova.

Pour suivre la Conférence spéciale : CSEE sur Twitter et #ETUCE2018

Pour de plus amples informations concernant cet événement, rendez-vous sur le site web de la Conférence spéciale du CSEE.

 

[1] Ce Prix doit son nom à Mme Kounka Damianova, qui a dirigé le Département international du syndicat bulgare de l’enseignement (SEB), affilié au CSEE depuis de nombreuses années. Mme Damianova est décédée inopinément le 4 août 2015. Avant son décès, elle était présidente du Comité permanent pour l’égalité. Elle a également été vice-présidente du CSEE. Son remarquable engagement en faveur du travail des syndicats de l’enseignement aura contribué de façon déterminante à la cohésion au sein de la région européenne.