La Commission européenne a récemment publié une nouvelle fiche d'information relative à la lutte contre la radicalisation au travers de l'éducation et de la participation active des jeunes. Cette dernière contient des informations détaillées concernant les initiatives prises par les Etats membres pour lutter contre la radicalisation et celles déployées par l'UE dans ce domaine, notamment au travers des projets financés par le programme Erasmus+.

La France et la Bulgarie y sont présentées comme deux exemples d'Etats membres prenant des mesures de prévention de la radicalisation par le biais de l'éducation et de l'action des jeunes. S'agissant de la France, la fiche d'information fait référence à la large mobilisation des écoles dans le cadre du plan d'action pour la défense des valeurs de la République, ayant pour objectif de promouvoir une culture de la citoyenneté, de lutter contre les inégalités socio-économiques et de favoriser la diversité sociale. Ce plan d'action prévoit des mesures telles que la création d'un réservoir de citoyen(ne)s chargé(e)s de soutenir les établissements scolaires, l'introduction d'un programme de formation spécial destiné à aider les enseignant(e)s à aborder les questions liées à la citoyenneté, notamment la laïcité, et la préparation d'un programme de cours de morale et de citoyenneté pour les écoles primaires et secondaires. En Bulgarie, un programme intitulé « Stratégie pour l'intégration des enfants et des élèves issus de minorités ethniques aux systèmes d'éducation 2015-2020 » a été mis en œuvre pour promouvoir l'égalité des chances et l'accès à une éducation de qualité pour les étudiant(e)s issu(e)s de communautés marginalisées et les jeunes présentant des difficultés d'apprentissage. Outre les objectifs précités, cette stratégie vise également à renforcer la tolérance et la non-discrimination dans les écoles pré-primaires, ainsi qu'à développer une identité culturelle.

La fiche d'information met en avant les actions suivantes prises par l'UE :

  • Un réseau de personnes de référence qui visiteront les écoles, les initiatives des jeunes, les clubs de sport et les prisons pour partager leurs expériences avec la jeunesse européenne.
  • Les échanges virtuels Erasmus+ qui concerneront 200 000 jeunes de l'UE, du Moyen-Orient et d'Afrique, en vue de mener des discussions structurées en ligne d'ici 2019 et de renforcer la sensibilisation interculturelle, la compréhension et la coopération, ainsi que d'autres aptitudes comme les compétences linguistiques.
  • Une boîte à outils proposant aux éducateurs/trices travaillant avec les jeunes et aux organisations de jeunesse des conseils pratiques, des méthodes et des études de cas en vue de les former aux risques de marginalisation.
  • Une nouvelle plate-forme européenne en ligne pour les écoles sur le site schooleducationgateway.eu en vue de renforcer les approches collaboratives en milieu scolaire et la fréquentation, réduire le taux d'abandon scolaire et trouver les moyens d'encourager la participation des parents au sein des écoles.

Pour lire l'intégralité de la fiche d'information cliquez ici.

Pour lire le communiqué de presse de la Commission européenne concernant la fiche d'information, cliquez ici.