Le 23 mai 2018, la Commission européenne a publié ses Recommandations spécifiques par pays (RSP) qui font partie du paquet de printemps du cycle 2018 du Semestre européen. Adressées aux gouvernements de chaque État membre européen, les recommandations par pays sont le point culminant du semestre européen, car elles expriment la voix de la Commission européenne concernant son évaluation des besoins de réforme des États membres afin d'assurer la stabilité et la croissance et d'atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020. Les recommandations par pays doivent être approuvées par le Conseil européen en juin et formellement adoptées par le Conseil des affaires économiques et financières en juillet.

Le CSEE est heureux de voir que, conformément aux priorités du socle européen des droits sociaux, les recommandations de l'Autriche, de la Bulgarie, de la République tchèque, de l'Allemagne, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Slovaquie et de l'Espagne mentionnent toutes la nécessité de lutter contre les inégalités au niveau de l'accès, de la participation et de la qualité de l'éducation pour les plus défavorisés, en particulier les étudiants issus de l'immigration et les enfants roms. Placer le soutien aux enseignants au cœur des recommandations est une tendance positive dans les recommandations par pays en 2018. Les recommandations par pays pour la République tchèque précisent la nécessité de renforcer la capacité du système éducatif à fournir une éducation inclusive de qualité, notamment en promouvant la profession enseignante, tandis que les RSP espagnols mentionnent la nécessité de mieux soutenir les étudiants et les enseignants. Plus tôt cette année, les organisations membres du CSEE dans ces pays ont eu l'occasion de rencontrer la Commission européenne et de souligner les défis pour la profession enseignante et la qualité de l'éducation, en raison de la détérioration des conditions de travail et des bas salaires.

L'investissement reste au cœur des recommandations. Cependant, malgré l'amélioration des finances publiques dans l'Union européenne, la Commission européenne recommande toujours une orientation budgétaire neutre pour 2018. Une telle position reflète l'appel à plus d'investissements publics dans les pays excédentaires. Pourtant, les recommandations par pays imposent un effort d'ajustement budgétaire conforme au Pacte de stabilité et de croissance pour les États membres qui n'ont pas encore atteint l'objectif à moyen terme. Le CSEE regrette l'utilisation continue du discours sur l'efficacité dans les services publics et l'investissement public, ce qui se traduit de manière inquiétante par des attaques contre les services publics et l'éducation publique. Commentant ces recommandations, la Directrice européenne du CSEE, Susan Flocken, a déclaré: «En tant que syndicats de l'éducation, nous jugeons positivement le changement narratif qui place l'inclusion et la qualité de l'éducation comme éléments fondamentaux de nos sociétés et économies. Cependant, encore une fois, en réduisant l'espace pour l'investissement public et en promouvant la participation privée, la Commission européenne ne parvient pas à traduire cette priorité en action. Si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable de l'ONU pour garantir une éducation de qualité inclusive et équitable pour tous en Europe, nos dirigeants doivent montrer plus de courage pour exclure les investissements dans l'éducation du calcul de leurs objectifs de dette et de déficit ».

Veuillez cliquer ici pour lire le screening par le CSEE de la RSE 2018 relative à l'éducation.