Le 17 novembre 2017, les dirigeant(e)s politiques européen(ne)s se sont réunis à Göteborg, en Suède, à l'occasion du Sommet social pour des emplois et une croissance équitables. Cette réunion de haut niveau avait pour objectif de marquer une étape historique vers la réaffirmation de l'engagement pour un véritable modèle social européen, notamment à travers la proclamation du socle européen des droits sociaux par les dirigeant(e)s européen(ne)s. Initié par la Commission européenne en avril dernier, le socle se compose de vingt principes directeurs visant à atteindre l'égalité des chances et l'accès au marché du travail, les conditions de travail équitables, ainsi que la protection sociale et l'inclusion de tou(te)s les citoyen(ne)s.

Les syndicats européens de l’éducation soutiennent depuis le début cette initiative, qui alimente directement les débats sur l'avenir de l'Europe et prépare le terrain pour une Union européenne plus juste et plus sociale. Alors que la crise économique européenne a mis un terme aux politiques socialement progressistes et fait basculer des millions de travailleurs/euses dans des emplois précaires, des bas salaires et des conditions de travail injustes, les syndicats dans toute l'Europe exhortent sans relâche les autorités européennes et nationales à lever l'interdiction sur l'investissement public et la croissance des salaires et à enclencher des politiques axées sur la protection sociale. Aujourd'hui, à l’heure de la reprise économique pour les entreprises, le pilier européen des droits sociaux ouvre une fenêtre essentielle d'opportunité vers un cycle vertueux de renouvellement des investissements, de salaires appropriés, d'équité sociale, conduisant au final à la convergence vers le haut des normes sociales, de la croissance économique, et de l'amélioration des conditions de travail et de vie pour tou(te)s.

Au cours de son intervention, le Secrétaire général de la Confédération Européenne des Syndicats (CES), Luca Visentini, a rappelé aux dirigeant(e)s européen(ne)s présent(e)s au sommet les responsabilités qui sous-tendent la proclamation du socle : « Il s'agit de réaffirmer les droits et les garanties qui ont été négligés. Il s'agit de s'assurer de leur mise en œuvre et de les renforcer dans la pratique. Il s'agit de s'assurer que la dimension sociale n'est pas une compensation pour les laissés pour compte, mais qu’elle a le même degré d'importance que les libertés économiques.

C'est pourquoi nous sommes convaincu(e)s que le socle social ne sera une réussite que s’il bénéficie d’un cadre de gouvernance économique au sein du Semestre européen et s’il est soutenu par un plus budget de l'UE plus important. C'est pourquoi nous sommes convaincu(e)s que la proclamation du socle doit s’accompagner d'un plan d'action pour sa mise en œuvre, constitué d’une législation et d’initiatives concrètes. »

Cette préoccupation est partagée par la Directrice européenne du CSEE Susan Flocken, qui a déclaré : « Aujourd'hui, les dirigeant(e)s européen(ne)s réaffirment clairement leur attachement à une éducation et une formation de qualité comme des éléments essentiels pour l'avenir de l'Europe.

Cependant, cette volonté politique doit être soutenue par le budget européen et une augmentation réelle de l'investissement public. Le droit à une éducation, à une formation et à un apprentissage tout au long de la vie inclusifs et de qualité tels que définis dans le socle est un principe depuis longtemps cher au CSEE, puisqu’il s’agit de la pierre angulaire des sociétés justes, égalitaires et démocratiques.

Les enseignant(e)s et autres personnels de l'éducation contribuent largement à l'éducation de qualité et leurs exigences en matière de conditions de travail décentes, de salaire et de développement professionnel sont depuis trop longtemps ignorées. Nous tenons absolument à ce que les principes énoncés dans le socle ne restent pas de vains mots, mais se traduisent par des actions concrètes. »

Le CSEE se joint à la CES dans l'appel pour un plan d'action complet et ponctuel, et surveillera de près l'Union européenne et les efforts des États membres dans la mise en œuvre des principes auxquels ils se sont engagés d'aujourd'hui.

Télécharger ici le socle européen des droits sociaux.