Le 22 mai 2017, la Commission européenne a publié ses nouvelles Recommandations par pays(RPP), dans le cadre du cycle de Semestre européen de 2017. Élaborées à l’attention des gouvernements des États membres[1], les RPP constituent le point d’orgue du Semestre européen, dans la mesure où, à travers ces dernières, la Commission européenne évalue les réformes nécessaires au sein des États membres en vue d’assurer la stabilité et la croissance dans leurs pays respectifs et d’atteindre les objectifs fixés par la Stratégie Europe 2020. Les RPP seront entérinées par le Conseil de l’Union européenne en juin et adoptées formellement en juillet par le Conseil "Affaires économiques et financières".

Les RPP concernant l’Belgique, la Belgique, la Bulgarie, la France, la Hongrie, la Roumanie et la Slovaquie mentionnent toutes la nécessité absolue de combattre les inégalités et les disparités dans l’accès à une éducation de qualité pour les personnes les plus défavorisées, notamment les migrants, ainsi que d’améliorer les résultats scolaires à divers niveaux. Les Recommandations pour l’Espagne précisent en particulier que pour pallier les importantes disparités au niveau des résultats scolaires, il était nécessaire d’améliorer la qualité de la formation des enseignants et du soutien individuel aux élèves/étudiants. Par ailleurs, le CSEE salue la recommandation de la Commission faite à l’Allemagne d’intensifier les investissements publics dans tous les secteurs, notamment dans l’éducation. En dépit de ces initiatives encourageantes, le CSEE regrette que la Commission n’invite pas également les 27 autres États membres à augmenter leurs investissements publics dans l’éducation, investissements essentiels pour garantir une éducation de qualité et inclusive. En outre, le CSEE souligne que les partenaires sociaux doivent être pleinement impliqués pour que l’accélération des réformes éducatives suggérée en Croatie ainsi qu’à Chypre soient efficaces et durables. Enfin, le CSEE s’inquiète de la recommandation faite à l’Estonie de renforcer la coopération entre le secteur universitaire et les entreprises. Les syndicats de l’enseignement ne cessent de sensibiliser leurs membres et les gouvernements à ces tendances inquiétantes qui contribuent à la privatisation et à la commercialisation de l’enseignement supérieur, entravant ainsi son autonomie et portant préjudice aux conditions de travail de son personnel.

Susan Flocken, Directrice européenne du CSEE, a déclaré : « Très récemment, la Commission européenne a réaffirmé son engagement à garantir le ‘triple A social’, promis par le Président Juncker, en dévoilant sont Socle européen des droits sociaux. Toutefois, les Recommandations par pays de 2017 semblent indiquer que les objectifs relatifs à la responsabilité financière restent la priorité de la Commission européenne et continueront donc à affecter les budgets des services publics, notamment de l’éducation, tandis que le personnel éducatif doit endosse encore la plus grande part de responsabilité en matière de résultats scolaires, en l’absence de ressources adéquates.» Les syndicats de l’enseignement luttent pour créer un cycle vertueux d’enseignement et d’accès à une éducation de qualité pour tous. Cependant, de tels objectifs ne peuvent être atteints que par le biais d’investissements publics suffisants, équitables et durables à travers l’Europe. Dès lors, le CSEE estime que les RPP devraient reconnaître et refléter cette nécessité.

Pour lire les Recommandations par pays de 2017, veuillez cliquer ici.


[1] Exception faite de la Grèce qui suit actuellement programme d'appui à la stabilisation.