Du 6 au 8 décembre 2016, le CSEE, la région Europe de l’Internationale de l’Education (IE), ouvre les portes de sa Conférence régionale, initiant ainsi d’importantes discussions pour aborder entre autres, les défis majeurs que rencontre le secteur de l’éducation pour atteindre un dialogue social efficace, tant au niveau national qu’au niveau européen. Avec la promesse d’autonomiser les syndicats de l'éducation afin de promouvoir l'éducation de qualité, la Conférence a pour objectif de définir des actions concrètes et des propositions visant à améliorer le dialogue social et la négociation collective aux niveaux européen, national, régional et local, dans un contexte marqué par la pression accrue sur les structures du dialogue social et l’autonomie des partenaires sociaux et par les tendances à la prise de décision unilatérale par les gouvernements.

Dans toute l’Europe, le dialogue social dans le secteur de l’éducation doit faire face à toute une série de défis dus à des facteurs internes et externes. D’autres inquiétudes immédiates d’ordre économique ont provoqué un glissement du dialogue social dans l’agenda politique. L’absence d’un dialogue social efficace se reflète dans le fait que des décisions qui concernent les enseignant(e)s et la communauté scolaire se prennent en dehors des consultations formelles avec les partenaires sociaux. Dans de nombreux pays, la portée de la négociation s’est réduite au moment même où elle devait s’étendre pour gérer les nombreux défis auxquels est confrontée la communauté éducative. La pression sur le dialogue social est d’autant plus nette en cette période où s’opère de toute évidence une dérive vers un « modèle commercial » ou une marchandisation de l’éducation. Dans les institutions éducatives privées en particulier, les syndicats de l’éducation sont confrontés à un déni et/ou à une obstruction croissant(e) des droits syndicaux, ou à un engagement limité des syndicats dans la négociation des droits et des conditions de travail des fonctionnaires.

La Conférence régionale du CSEE doit débattre de la corrélation entre l’efficacité du dialogue social national et celle du Dialogue social européen, de la manière d’élargir la portée des sujets couverts par la négociation collective pour inclure les employé(e)s de l’éducation qui travaillent dans des institutions privées et de la manière dont les syndicats de l’éducation pourraient renforcer leur développement des capacités par le renouvellement d’une stratégie innovante sur la syndicalisation des travailleurs/euses et des employé(e)s de l’éducation. Selon Martin Rømer, Directeur européen du CSEE : « Le rôle des syndicats de l’éducation dans l’avancement du statut des enseignant(e)s, de la sécurité de l'emploi, des salaires et conditions de travail, du développement professionnel et de l’autonomie au travers du dialogue social et de la négociation collective influence les conditions de travail et de vie des employé(e)s du secteur, mais contribue également à assurer que tous les enfants, tout spécialement ceux et celles qui proviennent de milieux défavorisés, aient accès à une éducation de qualité qui empêche la reproduction des inégalités et contribue à la justice sociale ».