Les 5 et 6 septembre, le deuxième séminaire de formation du projet en cours « Invertir dans l’éducation : renforcer l’implication des syndicats de l’enseignement dans le Semestre européen pour l’éducation et la formation », s’est déroulé avec succès à Vilnius en Lettonie. Les représentant(e)s des syndicats de l’enseignement de la Baltique et des régions nord, centrales, orientales et anglo-saxonnes d’Europe, se sont rencontré(e)s pour acquérir des connaissances spécifiques en lien avec le Semestre européen pour l’éducation et la formation, discuter de l’incidence de ce dernier sur les réformes et l’investissement dans le secteur de l’éducation et définir des stratégies destinées à influencer le processus au niveau national et européen. Le séminaire de formation a été organisé en coopération avec le syndicat lituanien des employé(e)s du secteur de l’éducation (FLESTU).

Depuis sa création en 2011, le Semestre européen exerce de plus en plus d’influence sur les politiques et les réformes éducatives au sein de l’UE et ailleurs. Par ailleurs, les Etats membres ont été encouragés à envisager de nouvelles voies de financement pour leur système d’éducation et de formation. L’Université de Nottingham, experte du projet, a souligné le lien entre l’extension accrue de la privatisation et les politiques de surveillance fiscale dans le cadre du Semestre européen, au cours de la session « Impact du Semestre européen sur les dépenses publiques : la voie vers la privatisation ? Les participant(e)s ont partagé leurs expériences et discuté de l’incidence des Recommandations spécifiques par pays (RSP) pour l’éducation et la formation sur le travail des enseignant(e)s et les réformes actuellement mises en place dans le secteur de l’éducation de leur pays. Ils/Elles ont également discuté des priorités des syndicats, avant de définir des stratégies pour prendre des mesures au cours des différentes étapes du Semestre européen. Les participant(e)s en ont appris davantage sur les stratégies et actions en lien avec le Semestre européen menées par les syndicats nationaux de l’enseignement, suite à leurs discussions avec les organisations membres du CSEE au Danemark (DLF, co-candidat au projet) et en Lituanie (FLESTU).

Au cours de cet événement, M. Joans Rasimas, Responsable de la gouvernance économique de la Commission européenne en Lituanie, a passé en revue les acteurs et le calendrier du Semestre européen, notamment les processus de consultation et de négociation avec les partenaires sociaux et les parties prenantes au niveau national. M. Ricardas Alisauskas, Représentant du ministère lituanien de l’éducation, a mis en lumière les approches divergentes de la conception et de la mise en œuvre des réformes préconisées dans les RSP pour l’éducation et la formation, entre le ministère de l’éducation et le ministère des finances. La Présidente du CSEE, Christine Blower, a souligné l’importance des activités de formation ayant pour but de sensibiliser et d’encourager les syndicats de l’enseignement à intervenir de manière plus active dans le processus du Semestre européen, afin d’obtenir des résultats politiques pour l’éducation et garantir des investissements durables. Elle a salué le discours thématique prononcé par la Ministre lituanienne de l’éducation, Mme Audronė Pitrėnienė.

Deux séminaires supplémentaires seront organisés dans le cadre de ce projet, le premier à Rome, en Italie, les 20 et 21 octobre, le second à Ljubljana, en Slovénie, au mois de janvier 2017.

Ces formations seront organisées en coopération avec le syndicat des enseignant(e)s danois (DLF), la Fédération syndicale pour l’éducation de la Confédération générale italienne du travail (FLC CGIL) et le syndicat de l’enseignement et de la science de Slovénie (ESTUS). Sachant qu’il n’existe aucune solution universelle et que bon nombre de spécificités nationales doivent être prises en considération, les participant(e)s à la formation du CSEE attendent désormais avec impatience de pouvoir élaborer leur propre stratégie nationale pour influencer le Semestre européen pour l’éducation et la formation.

Description du projet