Le 28 septembre, le Comité Culture et Education du Parlement européen (CULT) a publié un « Avis sur le Semestre européen pour la coordination des politiques économiques : mise en œuvre des priorités pour 2016 », dans lequel il suggère à la Commission des Affaires économiques et monétaires (ECON) d’inclure dans sa dernière motion pour une résolution du Parlement européen relative au Semestre européen divers volets liés à l’éducation et à la formation.

L’Avis souligne l’importance des différentes facettes du Semestre européen pour les réformes de l’éducation et de la formation, en référence à la première et deuxième priorité du système de gouvernance pour 2016. Ces priorités, en l’occurrence « relance de l’investissement » et « application de réformes structurelles pour la modernisation des économies » ont été mentionnées dans l’Examen annuel de la croissance 2016. Considérant l’éducation comme un facteur essentiel pour endiguer les hauts taux de chômage, l’Avis insiste lourdement sur le rôle que peut jouer celle-ci lorsqu’il s’agit d’apporter des réponses aux besoins du marché du travail. Il salue, par la même occasion, les initiatives prises récemment par la Commission européenne, telles que la Stratégie pour des compétences nouvelles et la Garantie pour la jeunesse.

D’un autre côté, l’Avis appelle également à un changement structurel du marché du travail, afin de promouvoir des lieux de travail décents et des formations basées sur un travail de qualité. Il souligne, en outre, l’importance de l’éducation face à une société de plus en plus en demande de citoyen(ne)s actifs/ives, intégré(e)s et critiques. S’agissant de l’investissement dans l’éducation, l’Avis appelle à un accroissement du financement. Afin de pouvoir garantir une éducation de qualité, ce dernier propose d’utiliser les investissements publics et tous les instruments de financement mis à disposition par l’Europe - FEDER, FSE et Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) - et rappelle de recourir au système Horizon 2020 pour financer la science et la recherche.

L’Avis met remarquablement en valeur le rôle du dialogue social et insiste fortement sur la nécessité d’inviter les partenaires sociaux à participer aux réformes de l’éducation et de la formation dans le cadre du Semestre européen, rappelant que « chaque fois que les partenaires sociaux ont été consultés dans le cadre du Semestre européen, les réformes en matière d’éducation et de formation se sont avérées fructueuses ».

Conscient de l’importance du Semestre européen dans le cadre des réformes et du financement de l’éducation, le CSEE veille actuellement à renforcer la participation des syndicats de l’enseignement au Semestre européen pour l’éducation et la formation par le biais de séminaires de formation organisés un peu partout en Europe. La reconnaissance du rôle des partenaires sociaux dans la définition et la mise en œuvre des réformes de l’éducation et de la formation au niveau national est un excellent tremplin offert par le Parlement européen.

L’Avis a été adopté le 26 septembre à la réunion de la Commission de la culture et de l’éducation (CULT). Le document est disponible ici.

Pour en savoir davantage sur les activités du CSEE en lien avec le Semestre européen, cliquez ici.